La réalité économique du Paraguay est très difficile, surtout dans la crise que nous traversons. Les enfants du PEPE doivent maintenant faire face au manque total de nourriture dans leurs foyers. Cette préoccupation m'a donc amené à demander des dons pour que nos enfants ne souffrent pas de la faim.

Dieu, comme toujours, a été fidèle ! J'ai pu réunir des ressources et de la nourriture qui ont été livrées chaque semaine à nos chers enfants, ainsi que des devoirs et du matériel scolaire comme des crayons et des gommes, que la plupart d'entre eux n'ont pas.

Mais je devais aussi apporter de la nourriture pour mes enfants. En raison de la crise, l'offrande envoyée par l'église qui soutenait le PEPE a été affecté, et je n'ai pas pu continuer à recevoir mon soutien. Avec un mari presque aveugle et une fille malade, je suis allée prier pour demander l'aide de notre Dieu.

J'aime les enfants du PEPE et je ne voulais pas les abandonner. J'aime le ministère que Dieu m'a confié : prendre soin des enfants et leur apporter l'espoir d'un meilleur avenir. J'ai donc pris une décision. J'ai contacté des gens et j'ai commencé à travailler au nettoyage de plusieurs maisons le matin pour gagner un peu d'argent et pouvoir continuer avec le PEPE l'après-midi.

Il y a des moments où je suis très fatiguée, mais le fait de pouvoir travailler avec mes enfants tous les après-midi me redonne le moral. La miséricorde de Dieu me remplit de joie. Dieu m'a même donné la grâce d'apprendre à préparer des leçons de vidéo, chose impossible pour moi il y a des mois.

Aujourd'hui, je dispense une leçon vidéo par jour aux enfants dont les parents ont accès à l'Internet.

Je n'ai pas tout ce que je veux, mais j'ai ce dont j'ai besoin chaque jour. Après tout, le PEPE ne s'arrête pas, tout comme les bénédictions de Dieu sur ma vie !

Elena Suavil
Missionnaire Educatrice du PEPE Paraguay

Edition du texte : Carmen Ligia - Coordinatrice PEPE Amériques