L’Aché est un peuple qui a embrassé l'Évangile collectivement, en comprenant que la décision individuelle faisait également partie du processus. Quand ils ont entendu et compris le message d'amour et de salut, ils ont conclu que c'était exactement ce qu'ils avaient dit quand ils vivaient dans la forêt et regardaient les étoiles et le ciel tout entier : - Il doit y avoir quelqu'un de très puissant et intelligent qui a tout fait." Et maintenant nous savons qui c'était, Jésus-Christ

Ils ont dit qu'ils savaient qu'il y avait un bon être créateur de nature qu'ils ont appelé "Apa Wachu" (Grand Père) et qu'il y avait aussi un être pervers appelé "Anjawe" (être pervers) qui détruisait la nature et donnait à l'homme une comportement mauvais ou égoïste. L'Aché a accueilli Jésus en tant que sauveur du groupe et tous les membres adultes ont été baptisés en même temps.

Ils n'ont pas adoré les dieux ou les êtres de la nature. Ils n’avaient que des symboles de force et de peur, comme le jaguar et la lampe à gaz naturel appelé «beirendy», une lumière qui brillait parfois dans les bois et passait rapidement comme une explosion sur leur camp. Ils avaient très peur de cela car ils ne comprenaient pas comment la lumière allait et venait sans laisser de trace.

La photo présentée est particulièrement une représentation du pouvoir de l'évangile. Mon beau-père, Rodolfo Fostervold, prêchait en espagnol parce qu'il ne maîtrisait pas très bien la langue aché. Ces deux personnes attentives et très proches de lui - comme Marie aux pieds du Seigneur - sont à ce jour les personnes les plus fidèles et les plus persévérantes dans la foi et c'est surtout une femme exerçant un puissant ministère de prière et d'intercession.

Directrice des affaires indigènes et de l'éducation Ache - Guaraní Professeur Rosalba Fosterbolt